Autres collectes

Pourquoi l'épi est devenu court (et l'origine du loup)

Au commencement Dieu fit le blé d'un seul épi, depuis la terre jusqu'au sommet. Les hommes étant devenus mauvais il résolut de les affamer ; du pouce et de l'index il saisit l'épis au ras de terre et riffla le chaume presque jusqu'au haut. La Vierge en ce moment lui arrêta la main. "Assez, mon fils, dit-elle, laissez-leur quelques grains." Il obéit à sa mère ; et il en resta suffisamment aux hommes ; mais ils devinrent si paresseux, qu'ils laissaient leurs bestiaux manger leurs récoltes en herbe ; alors Dieu irrité frappa du pied une motte et en fit un loup, qui avait une queue longue de plusieurs mètres ; les bergers malins enroulaient cette queue à un arbre et le loup ne pouvait plus nuire. La bête se plaignit à Dieu qui lui trancha la queue. Alors la Vierge qui était là filant sa quenouille, en donna un coup sur les reins de l'animal, en disant : "Va donc, vilaine bête" ; et le loup est resté estropié du coup ; heureusement, car s'il n'avait pas les reins brisés, si le boeuf connaissait ses forces, si le sourd qu'on trouve dans les fontaines entendait, et si l'anvin (petit reptile) voyait, il ne resterait pas un seul homme sur la terre.

Recueilli dans les environs d'Hennebont (Morbihan) par LUCIE GUILLAUME, publié in "R.T.P. Revue des Traditions Populaires", t. 17-1902, p. 56





Textes patois de littérature orale de la haute Bretagne

Références de textes en gallo, données dans un article de Paul Sébillot, paru dans la Revue des Traditions Populaires, t. 23-1908, p. 386

DAGNET (Amand).
—> Au pays fougerais. Fougères, 1899, petit-in-12.
- Les menoux de loups, p. 32-33.
- Les Filoux, p. 51-55.
- La Chassartue, p. 78-79.
- Le Fouloux, p. 103-104.
- Et petites pièces passim.

DECOMBE (Lucien).
—> Chansons populaires de l'Ille-et-Vilaine, Rennes, H. Caillière, 1884, in-12.
- Le petit mari, p. 55-57.
- Pour té Margot, 70-72.
- La Visite à Isabiau, 73-76 et var. 77-79.
- Quand j'allas va ma maîtresse, p. 80-83.
- Sapergouenne, p. 84-88.
- Le Testament de l'âne, p. 92-94.
- Pelot de Betton, p. 103-104.
- La fille trompée, p. 112-114.
- Si j'avions un p'tit coutiau, p. 115.
- Le Coucou de mai, p. 124-126.
- La Bergère et le forestier, p. 127-128.
- Le garçon peu chanceux, 133-134.
- Cassons les verres, 137-138.
- Un mari peu regretté, 139-141, voir : 142-145.
- Les noces de maître Laurent, 162-164.
- L'Agneau mangé par le loup, 189-191.
- Jean de Lignolle, 192-194.
- Tirez le ridiau, 197-198.
- L'Amoureux de Bertrane ; 199-201.
- Roussignoulet sauvage, 208-209.
- En chevauchant mon cheval rouge, p. 212-213.
- Le départ des Chouans, 236-237.
- P'tit Roussignol sauvaige, 316-317.

Georges DOTTIN et J. LANGOUET.
—> Glossaire du patois de Pléchâtel. Rennes et Paris, 1901, in-8°.
- La Buée, chanson, p. 199.
- Le recteur et les voleurs, conte, p. 200-201.
- Jean le Fin, conte, p. 201-204.

FOUQUET (Docteur).
—> Légendes du Morbihan. Vannes, Cauderan, 1857, in-18.
- Le Meunier qui jette des sorts, p. 8-12.
- La jument noire, p. 13-15.
- Cancoet, p. 140-142.
—> Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1860, p. 125-127.
- N.-D. du Pont-d'Ars.

MONTAUDRY (A. DE).
—> Revue des Patois, t. I, n° 3.
- La bonne femme aux cent écus.

ORAIN (Adolphe).
—> Glossaire patois de l'Ille-et-Vilaine. Paris, Maisonneuve, 1886, in-8.
- La Cressonnière. p. 154-155.
- Les Buans de Noa p. 155.
- Ma Mignonette p. 156.
- Les trois commères p. 162.
- J'n'aimepas la noblesse p. 170.
- Marguerite est un biau nom p. 198.
- Fleur d'orange p. 199-200.
- Empêchous les gars d'aimer p. 202-205.
- La confirmation à Châteauhourg p. 204-205.

Comte RÉGIS DE L'ESTOURBEILLON.
—> Extrait du bulletin de la Société archéologique de Nantes.
- Légendes du pays d'Avessac, Nantes, 1882, in-8°.

ROUSSEL (Alfred).
—> Revue des patois gallo-romans, t. I, p. 123.
- Texte en patois de Saint-Méloir-des-Ondes.

SÉBILLOT (Paul).
—> Acta Comparationis litterarum universarum (Klausembourg n° CXC).
- La Houle du Port Pérou (en patois du littoral des Côtes-du-Nord).
—> Blason populaire de l'Ille-et-Vilaine et des Côtes-du-Nord. Paris, 1888, in-8°. Extrait de la revue de linguistique, t. XIX, p. 234 et t. XX, pp. 201 et 315).
—> Contes comiques. Revue des Traditions populaires. t. XI, 1896.
- L'âne qui devient moine, p. 633-634.
- Les saints vivants, p. 634-636.
—> Contes des landes et des grèves, Rennes, 1900, in-18.
- Les douze Nomands, p. 285-287.
- Le minard du Jaguen, p. 288-296.
—> Contes des Marins. Paris, Charpentier, 1882, in-18.
- Les Joyeuses histoires des Jaguens, n° 30 à 38.
—> Contes populaires de la Haute-Bretagne, Paris Charpentier, 1880, in-18.
- N° 37. Le voyage des Jaguens à Paris.
- N° 38. Comment les Jaguens allèrent voir le roi.
- N° 39. Le Fils du roi de France et le Jaguen.
—> Coutumes populaires de la Haute-Bretagne. Paris, Maisonneuve, 1886, in-12 elzévir (passim).
—> Littérature orale de la Haute-Bretagne, Paris, Maisonneuve, 1881, in-12 elzévir.
- La Goule ès fées, p. 19-23.
- Les Jaguens à l'auberge, p. 253-255.
- Chansons, p. 260-262. Préambule.
- La Bique à Jacques André, p. 288-290.
- La Bonne Femme ès preunes, p. 291-292.
- La Chieuve de Tremaudan, p. 292-294.
- Le Gas faraud, p. 294-296.
- Devinettes, p. 299-330.
- Formulettes, p. 335-354.
- Proverbes, p. 358-374.
- Les souhaits, facétie, p. 388.
- Le pavage de la rue des Chèvres à Collinée, facétie, p. 390-392.
—> Mélusine, t. II, 1884-1885.
- Les Normands blasonnés par les Bretons, c. 441-443.
- Les Joyeuses histoires des Jaguens, c. 464-475 (recueil de onze contes).
—> Revue des patois, t. I, n° 3.
- Peuçot, conte en patois de l'Ille-et-Vilaine.
—> Revue des Traditions populaires, t. VI, 1891, p. 208.
- La bonne femme as preunes, chanson,
—> Traditions et superstitions de la Haute-Bretagne. Paris, Maisonneuve, 1882, 2 in-12 elzévir (passim).
-----------------------

Paul Sébillot aurait pu citer également :
—> Rodolphe LECHEF, collecteur de Bréal-sous-Montfort ; ses récits intègrent pas mal de termes gallos, bien qu'essentiellement insérés dans des textes rédigés en français... (Revue des Traditions Populaires, t. 10-1895, p. 576)
—> François DUINE s'est également exercé à donner une idée du parler de ses informateurs, comme par exemple dans le texte bilingue en Patois du pays de Dol : La poume naire / La pomme noire, paru dans la Revue des Traditions Populaires, t. 24-1909, p. 145-146 (sous pseudonyme Fra Deuni).
Le même s'est livré à un exercice comparable, à titre d'illustrations concernant son Etude sur le patois du pays de Dol, notamment avec un extrait de l'Evangile de saint Luc, XV, 2-8, La parabole de la brebis (Annales de Bretagne, t.12, 1896-97, p. 602-603)

On a aussi, mais plus tard :
—> les Contes notés en gallo (naturel) dans le canton de Pleine-Fougères en 1881, notamment par Virginie Desgranges... édités en 2007 à la fois par Bertègn Galeiz, La Bouèze, et Dastum, grâce au travail de Jean-Louis Le Craver
—> bien du gallo aussi dans les récits rapportés par Albert POULAIN, Contes et légendes haute Bretagne, Ouest-France, 1995 (1999)
—> et encore André BIENVENU ; Contes gallos de la vallée de Vilaine, Bertaeyn Galeizz, 1998
—> voir aussi Adèle DENYS, ...




Copyright © 2017 Jean-Pierre MATHIAS | Alban Sorette | Creation Site Internet Chateaubriant