Noël Du Fail

Robin CHEVET, conteur de Noël Du FAIL

Dans ses Propos rustiques (1547), Noël du Fail dresse un intéressant tableau de la pratique du conte de ce temps par chez nous, précisément en la paroisse de Noyal-sur-Seiche, dans les registres baptistaires de laquelle figure effectivement Robin Chevet, vers 1525.
Robin Chevet fut un moult preud'homme, par ma conscience, et celuy de tout son quartier qui autant bien faisoit un guéret ; qui inventa, le riche homme, mille beaux mots concernant le faict d'agriculture.
Voulentiers après souper, le ventre tendu comme un tabourin, saoul comme Patault, jasoit le dos tourné au feu, teillant bien mignonnement du chanvre ou raccoustrant ses bottes, chantant bien mélodieusement quelque Chanson nouvelle, Jouanne sa femme de l'autre costé, qui filoit, luy respondant de mesme. Le reste la famille ouvrant (1), chascun en son office, adoubant les courroyes de leurs fléaux, les autres faisant dents à râteaux, bruslant harts pour lier l'aixeul de la charrette rompu par trop grand faix, ou faisoienl une verge de fouet de mesplier ou meslier (2).
Et ainsi occupés à diverses besognes, le bonhomme Robin, après avoir imposé silence, commençoit un beau conte du temps que les bestes parloient :
— comme le renard desroboit le poisson aux poissonniers ;
— comme il fit battre le loup aux lavandières (3), lorsqu'il l'apprenoit à pescher,
— comme le chien et le chat alloient bien loin ;
— de la corneille qui en chantant perdit son fromage,
— de Mélusine,
— du loup garou,
— de cuir d'Annette (4) ;
— des fées, et que souventes fois parloit à elles, familièrement mesme, la vesprée, passant par le chemin creux, et qu'il les voyoit danser au branle près la fontaine du Cormier au son d'une belle véze (5) couverte de cuir rouge, ce luy estoit avis, car il avoit la vue courte. Disoit, en continuant, que en charriant le venoient voir, affirmant que elles sont bonnes commères, et voulentiers leur eust dit le petit mot de gueule s'il eust osé, ne se deffiant point que elles ne luy ussent joué un bon tour ; aussi que un jour il les expia lorsqu'elles se retiroient en leurs caverneux rocs, et que soudain que elles approchoient d'une petite motte, elles s'esvanouissoient : dont s'en retournoit, disoit-it, sot comme il estait venu.
— Du moyne bourré (ou bourru),
— du lyon roy des bestes qui fist l'asne son lieutenant et voulut estre roi du tout,
— et le conte de la cigogne.

(1) travaillant
(2) néflier
(3) "par" les lavandières
(4) autrement dit le conte de "Peau d'Âne", ainsi évoqué bien avant La Fontaine et Perrault !
(5) cornemuse, veuze





Copyright © 2017 Jean-Pierre MATHIAS | Alban Sorette | Creation Site Internet Chateaubriant